Sur l’envers du décor…..

Profitant de la présence de mon étudiante de fille pour avoir un cobaye (toujours contente de jouer le cobaye dans ces cas-là… 🙂 ), j’ai voulu tenter un stamping inversé.

Quésako le stamping inversé ????

Cela consiste à effectuer le stamping sur un support, pour le récupérer ensuite.

Dans la pratique, il faut :
– une feuille de plastique (une pochette protège-document fait parfaitement l’affaire),
– une base,
– un motif à stamper (de préférence un motif où on pourra remplir les zones avec des couleurs différentes). Ici, c’est la plaque 406 de Bundle Monster,
– un vernis noir pour le stamping,
– des vernis de couleur

On commence par déposer une couche de base sur la feuille plastique (un rectangle plus grand que l’ongle).
On attend que ça sèche, puis on vient stamper dessus le motif voulu avec le vernis noir (ici : Camelot de A England).
Et ensuite, on « colorie » les espaces laissés vides avec les couleurs de son choix, de préférence au pinceau fin. On peut déborder un peu sur le noir, ce n’est pas grave, puisqu’on travaille à l’envers : c’est le dessous du motif qui se retrouvera sur le dessus de l’ongle.

On attend que tout soit bien sec, et on décolle délicatement la couche, en gratouillant avec l’ongle pour commencer à décoller un peu la pellicule, et en s’aidant éventuellement d’une pince à épiler et en pliant la feuille de plastique. (comme si on voulait décoller proprement une étiquette de prix pour qu’elle vienne en entier et sans laisser de trace de colle… ça vous parle comme image ?).
On applique une couche de base sur l’ongle. Sans attendre que ce soit complètement sec, on vient poser la pellicule sur l’ongle (faut pas se rater, sinon c’est mort !!!!). Perso, ma couche de base était complètement sèche, la pellicule adhère moins bien au départ, mais on peut ajuster plus facilement.
Ensuite, avec un coton-tige imbibé de dissolvant, on enlève le surplus tout autour de l’ongle (c’est ça le plus chiant à faire dans l’histoire !), et on termine par une couche de top coat (ici Gel Look de Kiko).

Pour ceux qui connaissent (et c’est ma fille qui a fait la remarque) : c’est la même technique que le Windows Color (des motifs que l’on crée avec une peinture spéciale verre, sur une feuille plastique, qui se décolle comme une pellicule après séchage, et qu’on vient poser sur les fenêtres).

BM406 copie

Ma fille avait choisi un motif aztèque, sur lequel j’ai posé les couleurs suivantes :
Avalon de A England
Where is my chauffeur de Essie
Breakin’ de China Glaze
Birefringence de I Love NP

J’ai aimé :c’est quand même plus facile de faire du « coloriage » sur un support que directement sur ses ongles.
J’ai moins aimé : La phase de nettoyage autour de l’ongle.

Je ne suis pas sure de le refaire sur mes propres ongles (poser la pellicule sur la main gauche avec la main droite quand on est gauchère….). Ou alors, avec un motif plus simple (histoire que si c’est de travers, ça ne se voit pas trop…).

Le rendu est perfectible je trouve, mais pour une première fois, je ne suis pas trop mécontente. Sachant que ma fille a les ongles courts (par obligation !), la surface de travail est pitite-pitite !

Image

ILoveNP sur ilnp.com
A England, Essie et China Glaze sur atoutscharme.com
Les plaques de stamping sur bundlemonster.com

Publicités

2 réflexions sur “Sur l’envers du décor…..

  1. Moi j’etais toute contente en tout cas ! Je trouve que c’est moins limité que la technique classique du stamping. Et ça tient vraiment vraiment bien sur l’ongle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s